Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Equinox magie

Equinox magie

Chez Hagel (médiumnité - magie - spiritualité)


Tradition et néo sacré

Publié par Hagel sur 7 Décembre 2013, 22:23pm

Catégories : #spiritualité

Le sacré et la société
Tradition & néo




Peut on résumer la religion et la pratique du sacré au traditionnel et au néo (nouveau)?
Le moment où cela fut vrai, puis le reste du temps est faux, ou le fruit du vrai qui en découle?

Non, l'histoire n'est pas un point fixe qui se répercute indéfiniment.
La tradition se perpétue ok, mais elle se construit, se bâti sur une société qui est changeante. Même la société la plus isolée changera du fait de ses individus évoluant au fil des générations, et le sacré qui en découle aura ainsi des nuances.
La société change au contact des autres sociétés: c'est l'acculturation. L'un des exemples de l'acculturation dans le sacré, c'est la reprise des fêtes païennes dans le calendrier chrétien par exemple.
Mais en continuant sur la chrétienté, ce qu'elle était hier n'est plus ce qu'elle est aujourd'hui, le mariage des prêtres n'était pas interdit aux premiers temps de son existence, ce n'est plus autorisé actuellement. Ainsi la tradition ne peut être un "avant" indéfini.

L'originel, le traditionnel, le "vrai". Voilà un critère typiquement social, et ainsi cantonner le social à un point fixe dans le temps revient à nier notre propre caractère sociologique humain justement: la construction de la norme. Construire une norme à partir d'une tradition vantée, c'est ne pas comprendre que cette même tradition est le fruit d'évolution, d'acculturation passées, d'interactions sociales (ou de leur absence).

Alors certes, certains me contesterons peut être que de par la nature du pacte social (qu'il soit Rousseau, Locke, ou Hobbes) l'homme en tant qu'être social (Aristote) n'est peut être pas si social que cela ou par avantage.
Soit, mais jusqu'à présent, les rares ermites ayant vécu seul ont terminé en parlant à une noix de coco, nous exclurons donc cette hypothèse de notre débat.

Un exemple hors du sacré: la littérature et l'art.
La "grande" littérature traditionnelle, qu'est ce que c'est? Ni plus, ni moins qu'un ensemble de mouvements très différents, entre les lumières, le romantisme, le classique... qui sont classifiés comme traditionnels car ils ont des axes communs, malgré les divergences d'opinion, les constructions stylistiques, les inspirations, les fonds et formes opposés.


En même temps, le néo n'est pas plus crédible quand il n'exploite pas le passé, ses fondations, ses sources, et ses renouvellement. Sous le prétexte du nouveau on ne peut pas planquer sous le tapis l'ancien et dire "ah non, je ne regarde pas d'où je viens parce que cet ancien est par moment divergent". Il faut autant prendre conscience des divergences et évolutions dans le temps que des tendances communes qui permettent de dire "traditionnel".
Mais le néo réadapte sa pratique du sacré aux normes de son époque.
Par exemple, éviter de faire un sacrifice humain dans son salon et préférer une correspondance analogique pour célébrer un dieu maya.


Entre néo et tradition : ce qui compte c'est de savoir d'où l'on vient, comment la construction sacrée dont nous nous sentons proche ou affilié est née, a vécu et la façon dont elle se prolonge dans notre société actuelle.
Le néo idéal a ainsi conscience qu'il vient de quelque part, la force et le poids de son héritage qu'il fait évoluer dans sa société.
Le néo, car nous sommes tous des néo, des nouveaux pratiquants, de religions anciennes ou récentes, est celui qui a pour rôle (social) de faire vivre le religieux dans une société. Que ce soit dans la sphère individuelle ou collective. Il n'est pas dans l'absence de crédibilité, car il est celui qui transmet le sacré. A la condition d'en connaître ses fondements pour devenir légitime.


Par extension, dans la pratique ésotérique, connaitre ses fondements antérieures, les développement des spiritualités associées est un élément nécessaire à toute personne souhaitant entamer/fonder son propre chemin.


Bien à vous, Hagel

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents