Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Equinox magie

Equinox magie

Chez Hagel (médiumnité - magie - spiritualité)


La magie des psaumes

Publié par Hagel sur 1 Octobre 2014, 13:55pm

Catégories : #magie

psaume 1 & psaume 67psaume 1 & psaume 67

psaume 1 & psaume 67

Bonjour,

La magie des psaumes




Les psaumes sont couramment utilisés dans la magie. Mais savez-vous comment, pourquoi et l'évolution de la pratique?


Qu'es ce qu'un psaume?
Le mot « psaume » vient du grec ψαλμός (psalmos) qui désigne un air joué sur le psaltérion.

-> le verbe psalmodier provient du mot psaume. C'est la récitation chantée d'un psaume, d'un verset, d'une oraison sur une même note.

Ils sont issues du livre des Psaumes :
Sefer Tehillim pour les Ketuvim (juif), le livre des louanges ou livre des psaumes pour la Bible (chrétien), ou le Zabur pour le Coran (islam).

La tradition attribue la composition de nombreux psaumes au roi David, mais aussi à Asaph, Coré ou d'autres. Ces attributions sont relativement tardives, et les exégètes estiment aujourd'hui que le livre est en fait une composition collective et anonyme.

Leur nombre ?
Dans la tradition juive et chrétienne, on en compte 150. 151 pour certaines églises chrétiennes d'Orient (copte entre autre).
Le découpage date de 1494, auparavant le texte était séparé par des points. Des versions latines et grecques comme la Septante et Vulgate, face au texte masserotique font ainsi diverger les opinions sur le nombre de psaumes.
Il existe des psaumes apocryphes (non reconnus par le droit canonique, quelque soit les religions), issus des manuscrits de la mer Morte, dont le découpage est complètement différent, avec 5 psaumes supplémentaires.

Shimmushey Tehillim : la magie des psaumes

La tradition kabbalistique juive prête une importance particulière aux psaumes.
Chaque psaume est vu comme une incantation, un chant magique sacré, et chaque psaume a un effet spécifique associé.
Le Shimmushey Tehillim est l'usage de la magie des psaumes. Cette pratique est décrite dans le Sefer Shimmush (un manuscrit du XIIIème siècle).

Au fil du temps, et des traductions (pas toujours réalisées par des juifs ou des kabbalistes, comme le théologien Godrey Selig) ont fait diverger les méthodes d'emploi, et les usages des psaumes. Provoquant ainsi des différences dans la qualité des propriétés des psaumes.

Si vous êtes juif, ou que vous souhaitez utiliser les énergies issues de l'égrégore juif :
Dans cette tradition, chaque psaume a un Nom Divin assigné. Le nom est composé de lettres des différents mots et versets du psaume spécifique, et est vu comme une "clé" qui débloque le pouvoir du psaume. (Une façon d’accéder aux énergies de l’égrégore, dans un quasi concept d’abisheka)
Par exemple pour le psaume 91 : c’est EL, les mots sont dans le verset 16 (mot 49) et le verset 2 (mot 50).
Ainsi, l'usage magique kabbalistique du psaume doit être accompagné de la vibration du Nom Divin (ou de se concentrer sur celui-ci durant la psamoldie du psaume).
La récitation se fait en hébreux, en tant que langue de l'expression sacrée de la Bible, de la parole divine, il ne peut en être autrement, surtout dans une notion de recherche des énergies de la kabbale.
Certains psaumes ont des prières de récitations spécifiquement associés à ceux-ci, qui doivent être dites immédiatement après le psaume.
Pour Salomo Baal-Shem, l'acte magique de la récitation doit être complet : les 4 points cardinaux doivent être "ouverts" (au sens de consacrer l'espace magique, pour préparer l'acte et se placer sous la protection divine). Il propose la formulation suivante :
"J'ouvre le (Est, Sud, Ouest ou Nord) au Nom de [le nom saint associé au psaume]."
Récité ainsi à chaque point cardinal, on ne doit pas négliger de refermer une fois le travail effectué.
Si la requête du psaume a été entendu, il est conseillé de réciter le psaume 150 en remerciement (gratitude).


Images et amulettes :

Les psaumes ne sont pas toujours récités, certains (ou selon les contextes) sont utilisés sous forme d'amulettes.
Et dans la tradition kabbalistique, on ne se contente pas forcément d'écrire ligne à ligne le psaume sur un parchemin, ou tout autre support. Il peut être structuré en menorah, ou bien en carré dans lequel s’enroule le psaume.


Exemple avec le psaume 67 :
http://www.patmax.eu/P65/Equinox/A_shivitiDenmark.jpg

« A shiviti, Denmark » par image in Det Kongelige Bibliotek, author unknown — 18th or 19th century shiviti Det Kongelige Bibliotek, Denmark (Department of Oriental and Judaica Collections, Cod. Heb. 46:5) [1]. Sous licence Public domain via Wikimedia Commons.

Vous pouvez aussi retrouver un exemple du psaume 91 (de protection et dégagement) chanté :


https://www.youtube.com/watch?v=2JOShBSsql0


La magie des psaumes : la voie chrétienne

Chez les chrétiens, l'usage des psaumes dans le caractère magique existe tout autant. Tout comme dans la composante religieuse, étant donné qu’ils sont utilisés durant les célébrations (messes).
Le rapport égrégorique n'est pas juif, mais chrétien, oubliant ainsi parfois la source et les origines magiques, par une tradition usant de la même base, dans une approche légèrement différente.
Ce n’est même pas de la cabbale mais est devenu propre à la mystique chrétienne. Cela a été en grande partie démocratisé par l’Abbé Julio, dans l’usage magique.

Abbé Julio a écrit: Ces applications sont comme des phares lumineux qui éclairent et dissipent les ténèbres à des distances insondables : nous en sommes stupéfié nous-même ; mais nous savions que notre main a été dirigée.

Récités, en latin ou en français (le plus souvent dans la composante latine pour le rapport à l’égrégore chrétien). Ils peuvent être calligraphiés sur un parchemin que la personne porte sur elle (à même la peau) pour se protéger, ou le parchemin posé au dessus d’une porte pour protéger un lieu, être transformé en amulette type pentacle, le tout dans une très grande similarité avec la tradition juive.
La différence réside dans le fait que l’usage du Nom Divin ne subsiste pas, ce qui n’empêche pas l’efficacité importante des psaumes.

Dans la tradition mystique de l’église copte, on retrouve par contre toute la structure rituellique assez similaire à la construction juive, que vous pourrez retrouver dans le livre “la magie des 151 psaumes de David” de Gérald Le Gwen.

D’autres mouvements spirituels et magiques ont repris depuis cet usage.

Point de vue :

Le caractère sacré du psaume ne doit surtout pas faire oublier son caractère magique.
Plus qu'une simple prière, c'est une charge et une canalisation (invocation) d'énergies spécifiques pour des usages particuliers.
Comme chaque usage de ce type d'énergies, la purification et l'entretien des énergies (recharge) est préconisée avant.
Vous pouvez utiliser de l'encens (oliban) favorisant la transcendance et la canalisation pour votre démarche.
Un travail d'ouverture et de fermeture n'est pas à négliger, comme pour tout travail magique, pour permettre des conditions de sécurité adéquates.
Ne négligez pas les conditions éthiques de votre travail (ce n'est pas parce que c'est un psaume religieux que cela vous accorde le plein droit d'attaquer votre voisin).
Ne négligez pas l'ancrage après.

Sources & supports :
Kabbale.eu (Spartakus FreeMann)
Wikipédia
Qabbalistic Magic, Salomo Baal-Shem (en anglais) - partie magie juive
La magie des 151 psaumes de David, Gérald Le Gwen - partie chrétienne orientale
Le grand livre des secrets merveilleux, Abbé Julio - partie chrétienne européenne


Pour ceux qui recherchent les psaumes : ils sont tous disponibles sur wikipédia en français, latin, hébreu.


Bien à vous, Hagel

Commenter cet article

Unk 19/04/2017 15:55

Merci beaucoup .

Archives

Articles récents