Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Equinox magie

Equinox magie

Chez Hagel (médiumnité - magie - spiritualité)


Le corps causal

Publié par Hagel sur 2 Septembre 2008, 10:23am

Catégories : #chakras, énergies et corps subtils

Bonjour,

Alors que les corps astral et mental n'existent que pour une seule incarnation, c'est-à-dire qu'ils sont nettement mortels, le corps causal persiste à travers l'entière évolution de l'homme, à travers de nombreuses incarnations ; il est donc relativement immortel.
Relativement immortel, car, il existe un point où un homme, ayant complété son évolution humaine normale, commence son évolution humaine supra normale et perd effectivement le corps causal dans lequel il a vécu et évolué pendant les époques passées de son développement.

L'Ego, c'est l'homme pendant la durée de l'évolution humaine ; c'est, en fait, ce qui se rapproche le plus de la conception ordinaire et peu scientifique de l'âme. Il vit immuable (sauf pour sa croissance), depuis le
moment de son individualisation jusqu'à son ascension et son immersion dans la divinité. Il n'est affecté en rien par ce que nous appelons la naissance et la mort car, ce qui, pour nous, est une vie n'est, bien entendu, qu'un jour dans sa véritable existence. Les corps inférieurs, qui naissent et qui meurent, sont de simples vêtements qu'il assume pour les besoins de certaines parties de son évolution.
Pour employer des termes concis, l'homme est une individualité immortelle, qui possède une personnalité mortelle.

Le corps causal doit son nom au fait qu'en lui se trouvent les causes qui deviennent des effets sur les plans inférieurs.

En effet, l'expérience des vies passées, accumulée dans le corps causal, est la cause de l'attitude générale qu'on adopte devant la vie et des voies que l'on suivra.
En langue sanscrite, le corps causal s'appelle Kârana Sharîra, Kârana voulant dire cause.
Le corps causal a deux fonctions principales :

1. Servir de véhicule à l'Ego : le corps causal est le "corps de manas", la forme-aspect de l'individu, l'homme véritable, le Penseur.

2. Servir de réceptacle ou de dépôt pour l'essentiel de l'expérience acquise par l'homme dans ses diverses incarnations. Dans le corps causal se conserve tout ce qui dure ; en lui sont préservés les germes des qualités qui doivent suivre l'homme dans sa prochaine incarnation. On voit donc que la manifestation inférieure de l'homme, c'est-à-dire son expression dans les corps mental, astral et physique, dépend finalement de la croissance, du développement de l'homme réel, celui "pour qui l'heure ne sonne jamais" .

L'homme, le véritable être humain, n'existe que lorsque le corps causal lui-même existe. Tout individu doit, de nécessité, en posséder un ; en réalité, c'est le fait de posséder un corps causal qui constitue son individualité.

Apparence:
Au début, le corps causal, ou la forme-aspect de l'homme véritable, ressemble à une délicate pellicule de matière infiniment subtile, à peine visible, qui marque le point où l'individu commence sa vie séparée. Cette pellicule, de matière subtile, délicate, à peine colorée, est le corps qui persistera à travers toute l'évolution humaine : c'est sur elle, comme sur un fil - le fil-Soi ou Sûtrâtmâ - que seront enfilées toutes ses futures incarnations.
Nous avons dit que le corps causal est le réceptacle de tout ce qui dure - c'est-à-dire de ce qui est noble, harmonieux, en accord avec la loi de l'esprit ; car toute pensée grande et noble, toute émotion pure et élevée, monte et s'immisce dans la substance du corps causal. L'état de ce corps est donc un véritable témoin, et le seul véridique, de la croissance de l'homme et du niveau qu'il atteint dans son évolution.

Dans la classification des corps de l'homme en tant que "véhicules" ; le corps causal est appelé le véhicule du discernement.
Les corps inférieurs reçoivent et ressentent les sensations, les perceptions, les idées en formation ; mais c'est au corps causal qu'il appartient de les coordonner, de discerner entre elles, d'en raisonner d'une manière abstraite, de ne s'intéresser qu'à l'idée pure, séparée de ses aspects concrets.

Ainsi, ce qu'on trouve dans le corps causal, c'est l'abstrait et non le concret, le travail intérieur que les sens ne troublent plus et que le monde extérieur ne peut influencer en rien. C'est l'intelligence pure, à la vision claire, l'intelligence délivrée des sens, tranquille, forte, sereine.

L'énergie répandue est guidée, dans le corps causal, par une direction intérieure, tandis que, dans les corps inférieurs, elle est attirée du dehors. Voilà la différence essentielle entre la volonté et le désir. La volonté, d'ailleurs, est essentiellement une qualité de l'Ego et non de la personnalité.

Aspect et taille:
Chez les hommes en général, le corps causal n'est pas encore en pleine activité et, seule la matière du troisième sous-plan est vivifiée. Au fur et à mesure de sa longue évolution, tandis que l'Ego déploie ses facultés latentes, la matière supérieure s'éveille petit à petit ; mais ce n'est que chez les hommes parfaits, que nous appelons les Adeptes ou les Maîtres, que cette matière se développe complètement.
Dans le cas de l'homme primitif, le corps causal ressemble à une bulle d'air et donne l'impression d'être vide. Ce n'est guère qu'une pellicule incolore, suffisante, semble-t-il, à se maintenir et à former une entité réincarnée, mais rien de plus. Bien qu'il soit formé de matière mentale, celle-ci est encore inactive, et c'est pourquoi elle reste incolore et transparente. Tandis que l'homme se développe, cette matière est mise en activité par des vibrations, émanant des corps inférieurs.

Aussitôt que l'homme atteint le moment où il est capable, soit de pensées abstraites, soit d'émotions altruistes, la matière du corps causal s'anime sympathiquement.
Les vibrations ainsi éveillées se traduisent, dans le corps causal, par des couleurs ; la bulle transparente devient peu à peu une sphère remplie de matière aux teintes les plus belles et les plus délicates, un objet d'une beauté inconcevable.

Le corps causal de l'homme se construit donc avec lenteur d'abord et, plus tard, avec une rapidité croissante.

L'intuition véritable est une de ses facultés. (voir post sur l'intuition dans akasha avec le haut mental).

Source: A.E. Powell, le corps causal

Bien à vous

Après beaucoup de vies, les facultés s'inscrivent dans le corps causal, ce qui expliquent que des personnes ont des capacités latentes, celles-ci ne se manifestent pas dans le plan mental, astral puis physique.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents