Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Equinox magie

Equinox magie

Chez Hagel (médiumnité - magie - spiritualité)


Le pentacle, le lamen ou sceau (magie évocatoire)

Publié par Hagel sur 21 Juillet 2009, 14:45pm

Catégories : #magie

Bonjour,

Le Pentacle, le Lamen ou Sceau


La différence existant entre un Pentacle et un Sceau réside dans l'étendue de la Force agissante en
chacun d'eux. En effet, un Pentacle est la représentation d'un symbole de pouvoir à action universelle et il doit être chargé de la Force impliquée au moyen de la Baguette ou par les sens psychiques et mentaux. En Magie Evocatoire il est destiné à provoquer la crainte et l'obéissance à une entité afin que la volonté du Mage s'accomplisse. La forme que peut adopter un Pentacle dépend des attaches religieuses de l'utilisateur. Toutefois ce sera le même symbole, qui, une fois déterminé, sera brodé ou gravé sur la Coiffe (Bonnet ou Bandeau), la Tunique et la Ceinture. Il peut s'agir, par exemple, de l'Hexagone contenu dans deux Cercles et au milieu duquel se trouve un Pentagramme, ce dernier recelant une Croix à branches égales. Une Croix seule peut également être choisie en sa qualité de symbole universel.
De nombreux Mages utilisent le Pentacle de Salomon comme moyen de coercition à l'égard de toutes les entités. Il est évident que personne ne fera usage d'un signe qui n'aurait aucune correspondance avec les Réalités Universelles car aucune obéissance ne pourrait en résulter. C'est donc seulement par une profonde compréhension de la signification de la figure choisie et aussi par une attitude intérieure adéquate envers cette dernière que de bons résultats peuvent être obtenus en Magie. Tout Mage doit avoir constamment cette vérité en tête. Il n'emploiera, en conséquence, que des symboles dont il saisit parfaitement le sens et qui représentent l'idée qu'il a personnellement de la notion de pouvoir.
Contrairement au Pentacle, le Sceau est une représentation d'une Entité, d'une force ou d'une Sphère énergétique, qui s'exprime par ce graphisme particulier. Les différentes catégories de Sceaux sont:

Les Sceaux traditionnels
->qui ont été soit captés par clairvoyance soit révélés par les entités concernées elles-mêmes alors que le chercheur se trouvait en projection astrale sur leurs plans respectifs. Cependant, les Entités réagiront à la vue de ce Sceau seulement si le Mage sait comment se projeter lui-même sur ces plans. Compte tenu de la croissance de son potentiel, en raison d'une utilisation fréquente d'un seul et même Sceau, l'opérateur augmentera son propre pouvoir qui agira alors sur l'Être subtil.
Toutefois, la copie et la reproduction des Sceaux au cours des siècles ont constitué une source de nombreuses erreurs ce qui a rendu souvent ces signes inopérants. Parfois, cette déviation fut faite délibérément afin de rendre le travail du Mage plus difficile et les résultats, au moyen de tels matériaux, plus aléatoires voire impossibles. En conséquence, celui qui a suffisamment développé ses capacités de travail sur le plan mental peut, s'il le souhaite, capter le Sceau véritable d'une Entité en mettant en activité la substance Akâshique grâce à l'état de transe qu'il pourra atteindre; par ce procédé, il pourra apporter les corrections nécessaires.

Il existe aussi des Sceaux de portée universelle qui ne symbolisent pas seulement les qualités et la situation hiérarchique d'une entité mais aussi d'autres traits caractérisant celle-ci. En connaissant bien les Lois de l'Analogie, on peut mettre au point de pareils Sceaux puis les charger, par la force de la représentation psychique, des qualités inhérentes à l'Entité. Cette dernière devra réagir à ce graphisme sans opposer de résistance.

Le Mage peut également créer des Sceaux correspondant à ses propres conceptions, sans se préoccuper des différentes analogies. Cependant, son graphisme devra recevoir l'approbation de l'Entité concernée. Pour ce faire, il ira mentalement sur la Sphère d'appartenance de cet Être et obtiendra le serment de celui-ci de toujours répondre à la vue de ce Sceau, de cette forme, etc...

Un Lamen
->est semblable à un symbole universel, sans être pour autant une représentation du Microcosme et du Macrocosme. Il signifie l'autorité tant psychique que mentale, l'attitude et le degré de maturité spirituelle qu'a atteint son utilisateur. Un Lamen est généralement cousu sur la Tunique, sur le devant de la poitrine, ou bien il est gravé sur le métal adéquat ou dessiné sur un morceau de parchemin puis porté comme une amulette. Il exprime donc, par les symboles qu'il réunit, l'autorité absolue du Mage.

On aura recours à un Talisman si, au cours d'un Rituel, on a besoin d'une protection contre des influences indésirables ou bien si l'on veut obtenir un plus grand succès. Cet objet peut être la représentation graphique des qualités et des capacités dont il a été chargé. Cette charge doit être faite soit par le Mage lui-même soit par cette Entité. Dans ce dernier cas, l'énergie est issue du réservoir de force appartenant à l'Entité en question. Le symbolisme traditionnel, celui qui a été transmis à un Mage par un autre ou bien directement par une Entité, peut être également porté sur le Talisman. Toutefois, tout symbole doit recevoir l'approbation de l'Être subtil concerné.

Les Pentacles, les Lamens, les Sceaux ou les Talismans qui sont destinés à un usage rituel seront réalisés dans le métal correspondant au plan d'appartenance de l'Entité impliquée, aux Éléments concernés, aux planètes ou signes zodiacaux en activité. Les différents symboles adoptés seront soit directement gravés sur le métal soit sur une pastille de cire, que le Mage aura modelée lui-même à partir d'un morceau de pure cire d'abeilles, avant de la charger. Ces objets magiques peuvent aussi être faits de parchemin et les symboles peints avec différentes encres, chacune correspondant à la couleur du signe choisi.

De très anciens grimoires conseillent d'utiliser du parchemin vierge, taillé dans de la peau d'un veau dont la naissance a été prématurée. Toutefois, le Mage n'a nul besoin de cette précaution. Un morceau de n'importe quel parchemin, qu'il dégagera des influences dont il est chargé, lui rendra le même service. Il peut aussi utiliser un morceau de papier buvard, imprégné de condensateur fluidique, mais, dans ce cas, il ne dessinera pas les symboles avec de l'encre ou des couleurs nécessitant l'usage de l'eau; il le fera avec des stylos sinon les couleurs seront absorbées par le buvard.

La charge de ces objets magiques se fait ainsi: on parcourt le dessin avec le doigt et, au moyen de la visualisation, on l'imprègne des qualités souhaitées. Il est évident qu'en opérant ainsi, le Mage doit être véritablement en contact avec la Divinité Suprême, de sorte que c'est Celle-Ci Qui donne la charge voulue par son intermédiaire. A la place du doigt, on peut aussi utiliser la Baguette. Sans aucun doute possible, un objet ainsi chargé recèle un pouvoir et l'on peut être sûr des résultats.

Source: Franz Bardon, Pratique de la magie évocatoire.

Bien à vous
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents