Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Equinox magie

Equinox magie

Chez Hagel (médiumnité - magie - spiritualité)


Le Galdr

Publié par Hagel sur 14 Septembre 2010, 13:56pm

Catégories : #magie runique et asatru

Bonjour,

Le Galdr



Le galdr au sens propre est une variété de chant ou d'incantation magique. ce n'est que par la suite que le mot en viendra à signifier magie ou sorcellerie en général: dans les textes traduits du latin, galdr et fjölkynngi seront interchangeables, galdralist (art du galdr) rendant ars magica.
Le thème gala renoie à l'idée de cri, d'émission de voix suraiguë. L'expression convenue, et pléonastique, est bien attestée: gala galdr. Et nous avons dit qu'il a existé un mètre scaldique spécial, le galadralag, appliqué à des hurlements mesurés de ce type: les procédés techniques qu'il met en oeuvre sont bien de nature incantatoire ou litanique: répétitions de mots et de tournures parallèles, avec menues variantes chaque fois. L'exemple que voici, tiré du Skirnisför (Edda poétique) strophe 34 en donnera une bonne idée:
Qu'entendent les géants,
Qu'entendent les thurs du givre,
Les fils de Suttungr
Les troupes de dieux elles-mêmes,
Comment j'interdis,
Comment je proscris,
Déduit d'homme à la vierge,
Plaisir d'homme à la vierge

L'antiquité de ce mètre est assurée: il ressemble fort à celui des conjurations de Merseburg (IXe siècle). Les Havamal (Edda poétique) donnent, à partir de la strophe 140, la parole à Odin, grand maitre de la magie, qui se vante de savoir niu fimbulljodh, neuf chants suprêmes, qu'il dit avoir appris du géant Bölthorn (épine de malheur). A partir de la strophe 146 et jusqu'à la strophe 163, il énumère dix huit ljodh: l'un d'eux strophe 152, par lequel Odin se rend vulnérable au feu est expressément appelé Galdr. Du reste, les baldrsdraumar (toujours dans l'edda poétique) qualifient d'Odin de galdrs fadhir (père du galdr)

Le galdr peut être pratiqué aussi bien par une femme que par un homme: dans l'Oddurnargaratr (Edda poétique), strophe 7, on voit une certaine Oddrun entonner un galdr pour favoriser l'accouchement de Borgny. Voyez la formulation:
Puissamment incanta Oddrun, fortement incanta Oddrun,
D'âpres incantations au chevet de Borgny.


Il semble que cette pratique, même soutenue par un mètre poétique propre, n'ait jamais été excercée pour elle-même, si l'on peut dire. Elle a, par excellence et en bonne magie, un but toujours utilitaire. C'est très net à la strophe 120 des Havamal où il est question de liknargaldr, galdr de réconciliation ("Et apprend la clémence,/tant que vis") ou dans le Poème funéraire (Erfidrapa, strophe 16) que le scalde Sigvatr Thordharson compose après la mort de saint Olafr: il y évoque l'un des meutriers du roi, Thorir hundr qui n'a pu être blessé à Stiklarstadhir grâce aux meginrammir galdrar (au galdr très puissant) des Sames.

L'ynglinga saga de Snorri Sturluson, en son chapitre 7, énumère les pouvoirs magiques d'Odin: il est capable de changer de forme, d'éteindre le feu, de diriger à son gré la course du vent, de faire parler la tête embaumée de Mimir, de solliciter le conseil des morts, de connaitre les nouvelles du monde entier grâce à ses corbeaux:
Grâce à ces choses, il devient extrêmement savant (frodhr). Tous ces artifices, il les enseigna par des runes et par ces chants que l'on appelle galdr (medh runum ok ljodhum, er galdrar heita). A cause de cela les Ases sont appelés les faiseurs de galdr (galdrasmidhir)

Régis Boyer; Le monde du double, la magie chez les anciens scandinaves.

Le galdr en conséquence vous l'aurez compris, fait partie de la pratique magique dans l'asatru, il n'est pas un rituel à part entière, mais un outil de toute bonne pratique.

Bien à vous

Commenter cet article

Archives

Articles récents